Zone d’échanges temporaire
Mathieu Gillot


IMAGES :

À propos de l'artiste :


Du 06 au 23 décembre 2018
Vernissage le jeudi 06 décembre à partir de 18h00

Un art de la convivialité

Depuis le début des années 2000, Mathieu Gillot dessine à l’encre de chine, parfois avec des nuances de couleurs. Ses dessins déclinent un manifeste subjectif à divers degrés de lectures et au fort potentiel d’humour. _ Ils sont emprunts de nombreuses références allant de la mythologie à la psychanalyse, en passant par la littérature et la peinture. L’artiste y fait intervenir un personnage récurrent lui ressemblant, ni héros, ni anti-héros, qu’il entraîne dans des situations potaches, souvent ridicules.

La particularité de sa démarche repose sur le mode de diffusion de ses dessins. Certes ils sont montrés dans le cadre traditionnel d’expositions, mais il les présente principalement via des fanzines (petits livrets autoproduits), qu’il est toujours prêt à offrir contre un verre, dans une atmosphère d’échange et de partage, au fil des amitiés. Ces notions d’économie de moyens et de circulation repose sur la volonté de ne pas dominer un médium et de demeurer dans la modestie de cet art mineur ; d’ailleurs, les dessins peuvent investir le domaine du produit dérivé (canevas, tricot, mug, faire-part, masque de carnaval...), qu’il nomme Produits en dérive.

Une exposition sans artiste ?

À Eternal Gallery, Mathieu Gillot associe la notion de partage à l’effacement progressif de l’artiste, en invitant les visiteurs à être auteurs d’échanges ou de substitutions. Dans cette exposition, il ne considère plus ses dessins comme des œuvres, mais comme des esquisses servant de modèles au public. Il invite les spectateurs à s’initier à l’encre de chine afin que ses « croquis » soient petit à petit substitués par les productions du public, qui repart, en échange, avec un souvenir de l’artiste.

On retrouve l’économie de moyens avec les tables à dessins : elles sont fabriquées uniquement à partir des matériaux laissés sur place par l’artiste précédente. Ces tables, à hauteur d’enfant, mettent le spectateur dans une position d’inconfort, l’intention de l’artiste étant que les œuvres soient reproduites avec la même spontanéité que les dessins originaux.
Les « erreurs », les ratures, les taches, les repentirs, les maladresses participent à la poésie enfantine de ce travail, mais aussi au souhait de ne pas maîtriser le médium.

Le protocole de Mathieu Gillot à Eternal Gallery

Le protocole que Mathieu Gillot propose est donc le suivant :
1) Choisissez un dessin (vous devez le laissé accroché au mur).
2) Reproduisez ce dessin à l’encre de chine ou au crayon de couleur (que vous pouvez aquareller), ou bien écrivez une description ou un propos sur le dessin.
3) Décrochez l’original du mur et placez-y votre production.
L’artiste ajoute une contrainte supplémentaire dans sa démarche : le spectateur peut repartir seulement avec un dessin qui lui est accessible à portée de main.

Pas de toiles de maître

L’exposition Zone d’échanges temporaire (ZET) est un clin d’oeil à la ZAT (Zone d’aménagement temporaire) dans cette idée d’autonomie et de militantisme envers la société de consommation, particulièrement au moment de Noël, une forme de résistance au marché de l’art spéculatif. L’artiste privilégie l’emploi d’un médium mineur proche des arts créatifs, le réemploi de matériaux ainsi que les valeurs d’échange et de partage. Il désacralise ainsi tout ce qui fait une œuvre d’art et malmène les figures politiques, mythologiques, historiques, dans un souci de dérision, mais aussi parce qu’il est tout de même bon de rire !

LA SÉRIE DES TOUCANS

Cette série a été initiée après l’acquisition par l’artiste d’une boîte de crayons aquarellables qui lui a été offerte (encore ces notions de partage, d’échange et de curiosité). Ce fut pour lui l’occasion d’expérimenter un nouveau médium, facile à utiliser et généralement offert à un enfant. L’artiste décline le toucan à travers divers jeux de mots, plus ou moins burlesques passant du Toucanoë au Toucang-bang.

LE CHAOS DE DESSINS

À l’étage, le mur de dessins est une sorte d’introspection du travail de Mathieu Gillot, mêlant divers formats, références et natures de papier. La densité et la diversité des dessins mis en dialogue invitent à de multiples interprétations qui brouillent la perception du spectateur. À chaque nouvel accrochage, les dessins prennent de nouvelles significations par l’influence de ceux qu’ils côtoient. Et cela lui permet d’y mêler le grave, le dérisoire, le burlesque...

LES PRODUITS EN DÉRIVE

L’artiste exploite certains de ses dessins dans des produits dérivés tels que des t-shirts, des mugs ou encore des sacs. Il a disséminé plusieurs de ces objets dans l’espace d’exposition, apportant de nouvelles touches d’humour comme avec le Toucanevas au rez-de-chaussée, la Tasse-pet (un mug peint) disposée sur la cheminée et sa Toile de maître réalisée en bouts de mètre mesureur. La cheminée accueille aussi un sac en craft avec une reproduction de sa série des Bisous, posé là tel un cadeau le soir de Noël. Le protocole d’échange, qu’il a mis en place pour les dessins, s’applique également pour les t-shirts réalisés au pochoir. Il est également possible de les échanger contre un t-shirt que vous aurez préalablement customisé grâce au nécessaire que l’artiste a mis à disposition sur la table

INFORMATIONS PRATIQUES

Eternal Gallery

Cette exposition reçoit le soutien de la DRAC Centre-Val de Loire, de la Région Centre-Val de Loire, du Département d’Indre-et-Loire et de la Ville de Tours, ainsi que du concours du Crédit Mutuel