Time Store
Berdaguer & Péjus


IMAGES :

À propos de l'artiste :

Autres projets de
Berdaguer & Péjus :

DOCUMENTS :


LIEU

École supérieure des beaux-arts de Tours, Indre-et-Loire

DATES

14 > 17 juillet 2010

PARTENAIRES

dans le cadre du festival Rayons Frais grâce au soutien de la ville de Tours, l’école supérieure des beaux-arts de Tours, système friche théâtre / friche la Belle de Mai, Dalbe Tours-Nord et avec le concours de la Compagnie Off et du pOlau.

COMMISSARIAT

Anastassia Makridou-Bretonneau

SUIVI DE PRODUCTION

Olivier Dohin

L’EXPOSITION

L’exposition de Christophe Berdaguer & Marie Péjus à l’école des beaux-arts de Tours qui réunit un ensemble d’œuvres inédites* sous le titre Time Store, « tente d’esquisser des temporalités, mais surtout des moyens de lutter contre un temps dont nous sommes perpétuellement dépossédés.

Time Store peut se lire comme une série de glissements et d’analogies graphiques, d’impressions et d’effacements. Le sable répandu sur le sol, l’enseigne, les billets, la vidéo, la plastiline sont à la fois des formes imprimées, gravées, modelées. Chacune d’entre-elles se désagrège, se transforme ou disparaît partiellement. Cette double mécanique de l’inscription et de l’effacement est le cœur de cette exposition. Les temporalités multiples générées par les œuvres opèrent des liens, des segments temporels liés et entrelacés entre eux. »
Berdaguer & Péjus

Dans ces plis de l’utopie cinétique des temps modernes se dessine en creux la grande évidence : « tout se passe autrement que prévu » (Peter Sloterdijk, La Mobilisation infinie, Christian Bourgois Editeur, 2000, p. 21).

Cette exposition est réalisée en coproduction avec le festival Rayons Frais, grâce au soutien de la ville de Tours et l’école supérieure des beaux-arts de Tours, et la participation de Raphaël Dupin, Éric Foucault, Mathieu Gillot et Noélie Thibault. Antoine Bertron, Benjamin Chapelot, Gaëlle Griveau et Mélodie Onillon.

Remerciements particuliers à Ronald Creagh.

*Les œuvres de cette exposition seront présentées à la rentrée prochaine à Circuit, centre d’art contemporain, Lausanne.

Time Zone

Avec cette vidéo d’une heure Berdaguer & Péjus mettent en image un « tempodrôme » (Peter Sloterdijk) pour interpréter la métaphore que Robert Smithson a utilisée pour expliquer le principe de l’entropie, autrement dit l’irréversibilité du temps dans la désagrégation d’un système.

« Imaginez le bac à sable divisé en deux, avec du sable noir d’un côté et du sable blanc de l’autre. Prenons un enfant et faisons-le courir des centaines de fois dans le sens des aiguilles d’une montre à l’intérieur du bac jusqu’à ce que le sable se mélange et commence à devenir gris : ensuite, faisons-le courir dans le sens inverse, le résultat ne sera cependant pas une restauration de la division d’origine mais un degré de gris plus intense et un accroissement de l’entropie. Bien sûr si l’on filmait une telle expérience on pourrait apporter la preuve de la réversibilité de l’éternité en montrant le film en sens inverse, mais alors tôt ou tard le film lui-même s’effriterait ou se perdrait... » (« Une visite aux monuments de Passaic », in Robert Smithson, Le Paysage entropique, 1960-1973, édition musée de Marseille / RMN, 1994, p. 182).

Time Zone donne corps à cette expérience, tout en modifiant le sens initial du mouvement. La marche « réparatrice » vers l’ordre originel est ici la restitution d’un déplacement qui s’est fait en reculant. Le temps est retourné comme un gant pour illustrer un avancement (impossible) vers le commencement.

Time Store et Hours Labor

Sous la forme d’une grande enseigne, l’œuvre Time Store fait référence au célèbre magasin homonyme fondé à Cincinnati en 1827 par Josiah Warren (1798-1874), inventeur et anarchiste américain. Cet activiste de première heure a conçu un système d’échange qui réfute la spéculation capitaliste et son corollaire, la plus-value.

À Time Store, « […] les articles sont vendus à leur juste prix en fonction du temps de travail qu’ils ont demandé. Le coût englobe les frais d’achat et d’entrepôt ainsi que le salaire du vendeur ; la rémunération de celui-ci est l’élément original de l’expérience : une grande horloge enregistreuse placée dans le magasin est mise en route aussitôt qu’un client se présente ; le temps pris au vendeur représente le salaire de celui-ci. » (Ronald Creagh, Utopies américaines, éditions Agone, 2009, p. 109). Après un début difficile, l’expérience du Time Store a connu un franc succès. Le modèle est repris et développé par J. Warren dans d’autres communautés et notamment à Modern Time, ville fondée par une communauté excentrique en 1855 dans l’île de Long Island.

Le temps de travail est considéré dans le système de J. Warren comme unique mesure de valeur. Il est matérialisé par des Hours Labor (billets de travail). Cette monnaie attestait l’engagement du porteur de payer en heures de son travail. Pour éviter tout abus, ces heures étaient indexées sur le prix du blé. Les Hours Labor ont résisté à la panique monétaire de 1857 et ont fini par être acceptés par le percepteur public lors de la dépression économique de 1858.

Les Hours Labor de Berdaguer & Péjus ont été fabriqués sur les modèles des Hours Labor qui nous sont parvenus jusqu’aujourd’hui. Ils comptabilisent le temps de travail qui fut nécessaire pour concevoir et monter cette exposition. Mille billets sont ainsi disposées sur une table hexagonale qui reproduit le plan d’urbanisme utopique conçu pour Modern Times.

BLACK BLOCK

Ce titre générique déjà employé par Berdaguer & Péjus pour une autre série de pièces est repris ici pour une nouvelle œuvre, un bloc de plastiline de dimensions monumentales.

Avec sa matière enregistreuse, Black Block reçoit les traces de modelage des visiteurs. Sa surface est ainsi en transformation perpétuelle, une autre façon de mesurer le temps comme empreinte du geste humain.