Les Allochtones


IMAGES :


14 mars > 26 avril 2015

Vernissage le jeudi 12 mars à 18h00

Partenariat

L’esba TALM, La Laverie, Le FunLab

Le contexte

L’exposition « Les Allochtones » est née d’un workshop organisé par Eternal Network en partenariat avec le site de Tours de l’esba TALM. Réunis du 9 au 13 février à La Laverie, six étudiants en art se sont confrontés aux conditions d’une commande artistique en rencontrant un collectif d’habitants qui ont sauvé des jardins ouvriers (quartier Febvotte à Tours). Pendant une semaine de réflexion et de travail en atelier, ils ont imaginé des projets artistiques prenant en compte les enjeux de la commande : préserver la poésie chambardée des jardins tout en ménageant des parcelles privées et des espaces collectifs.

> plus d’informations

L’exposition

Eternal Gallery présente les projets des étudiants réalisés pendant le workshop autour des jardins Saint-Lazare. À la manière d’allochtones, ils ont imaginé des interventions artistiques pouvant s’intégrer et s’adapter à un territoire auquel ils sont étrangers. Si l’exercice de la commande suggérait une transformation conséquente de ces espaces verdoyants, la modestie a fait l’unanimité. Effectivement, aucun étudiant n’a souhaité redessiner les jardins, transformer leur aspect ou bien briser leurs limites. Bien au contraire les projets artistiques viennent se compléter en augmentant le chaos pittoresque instauré naturellement dans les parcelles.

Par exemple, deux étudiantes récupèrent simplement des objets sur place pour les transformer légèrement. Emmy Charbonneau propose une sculpture d’assemblage et de refonte d’objets en plastique sous la forme d’un autel à insectes et mauvaises herbes. De façon complémentaire, Charline Laguérin ponctue les jardins d’arches métalliques qui matérialisent les accès des parcelles et favorisent la délimitation des espaces privés et publics.

Comme un archéologue fantaisiste, Téo Biet enfouit dans le sol des cabinets de curiosité peuplés de bestioles en argile. Résurgence d’un conte vernien, ces créatures fantastiques pourraient être les esprits cachés qui envahissent le sous-sol.

Elsa Leroy s’inspire d’une poutrelle métallique vue sur le site pour concevoir un ensemble de modules mis à disposition des jardiniers, afin de créer des séparations, des circulations ou encore du mobilier. Assimilable à un jeu de construction, ce projet s’érige aussi comme un contrepoint à l’environnement par sa couleur artificielle. La teinte verte sélectionnée vient accentuer l’aspect ludique du module et opère comme un référent destiné à mettre en valeur les jardins.

L’intervention monumentale et spectaculaire de Marie Libéros est pourtant immatérielle et atmosphérique, puisqu’elle crée des événements en faisant circuler de la brume dans les jardins pour les faire disparaître un temps. Avec la puissance onirique et évocatrice de la brume (la fumée des locomotives, les feux de broussaille des jardiniers...), cette performance marquerait le début des manifestations familiales organisées dans le quartier.

Enfin, l’intervention d’Axel Fourmont vient poser un autre regard sur les jardins sans y toucher ; il réalise une série de cartes postales, présentant des vues atypiques des jardins transformées par ordinateur. Il invite les riverains à lui renvoyer ces cartes en y écrivant une anecdote qui pourrait compléter la mémoire du quartier. En même temps que de réactualiser un support de correspondance de plus en plus délaissé, cette intervention artistique renouvelle de manière onirique les archives et les souvenances liées aux jardins.

Les propositions artistiques s’harmonisent comme dans un parc à thème scandé de folies et de curiosités.

A l’étage d’Eternal Gallery, les travaux préparatoires (dessins, croquis, maquettes) rendent compte des réflexions et cheminements menés par les étudiants pendant le workshop.

Enfin, cette aventure a été filmée par Anne Moltrecht, réalisatrice du collectif Sans Canal Fixe. En sept vignettes, son documentaire pose un regard sur des instants de travail, de la première visite des jardins à la restitution des projets auprès des habitants, en passant par les temps de recherche, de conception et de production. Il relie des intérêts différents - les attentes des commanditaires d’un côté, les considérations des étudiants de l’autre -, décortiquant les étapes du processus d’une commande artistique, s’attardant sur certains aspects du travail.

Projet dirigé par Éric Foucault d’Eternal Network et suivi par les artistes enseignants de l’Esba TALM site de Tours : Hélène Agofroy et Miquel Mont

Informations Pratiques

Eternal Gallery
Les Octrois, place Choiseul, Tours
14 mars > 26 avril
sam & dim - 15 h > 18 h et sur rendez-vous
> Facebook