Le belvédère des ondes
Jean-Luc Vilmouth

Lieu

Saint-Benoît-des-Ondes, Ille-et-Vilaine

Date

2013

Commanditaires

Jacques Daniel, maire de Saint-Benoît-des-Ondes, accompagné d’élus et d’habitants de la commune

Médiation

Anastassia Makridou-Bretonneau

Partenaires

Fondation de France, région Bretagne, conseil général d’Ille-et-Vilaine, communauté d’agglomération du pays de Saint-Malo, commune de Saint-Benoît-des-Ondes

Maîtres d’œuvre

maîtrise d’œuvre : Soft-age architecture et patrimoine, Régis Ribet
assistance à la maîtrise d’ouvrage : Roch de Crevoisier et Dominique Giraud
conception et réalisation du garde-corps : Metafer
photographie du panorama : Nicolas Durand

La commande

En 2002, la Mairie de Saint-Benoît-des-Ondes a fait l’acquisition du moulin de la Croix, édifice du XVIIIe siècle, qui fait face à la baie du mont Saint-Michel. Ce modeste moulin occupe une position stratégique dans le village. Il est situé à l’entrée du bourg, en bordure de la route départementale conduisant au mont Saint-Michel où passent en moyenne 10000 véhicules par jour. Les élus et des habitants de la commune ont souhaité passer commande à un artiste pour le transformer, en faire un lieu public ouvert au plus grand nombre, un signe identitaire fort pour les habitants et un monument incontournable pour les touristes.

Le projet

Les commanditaires ont confié ce projet à Jean-Luc Vilmouth dont les réalisations cherchent à « augmenter le réel ». Par un mécanisme de détournement, il parvient à poétiser nos rapports avec l’existant, les espaces et les formes du quotidien, et à créer de nouveaux modes de partage.

Faire le lien entre histoire et paysage
Jean-Luc Vilmouth propose de faire du moulin de la Croix un lieu pour observer, discuter, partager, s’orienter dans le paysage, et invite les visiteurs à faire une halte sur leur parcours.
Un escalier rend accessible le toit transformé en terrasse et offre une vue panoramique incomparable sur la baie et le marais. À l’intérieur, un caisson lumineux de 360° présente une photographie de la vue.
Jadis, le moulin utilisait le vent du front de mer pour transformer les céréales provenant des champs alentours. Depuis, le site s’est modifié avec l’apparition du canal dit « des Allemands », canal antichar construit lors de la seconde guerre mondiale, aujourd’hui transformé en biez. Ce canal a créé un marais là où il se jette dans l’océan. La vue de la terrasse et le panorama photographique permettent de recomposer l’histoire de ce paysage marin à la fois complexe et ordonné allant de la mer aux nouvelles terres cultivées et du mont Saint-Michel au bourg avec les maisons, le canal et le marais.

Une robe de métal comme une onde
Jean-Luc Vilmouth a rehaussée la forme géométrique et désormais épurée du moulin par un extraordinaire garde-corps en acier corten [1], aux courbes rappelant les mouvements des marées sur la baie et le transformant ainsi en un objet nouveau entre architecture et sculpture.
En faisant écho aux mouvements de la mer et du vent, les deux éléments qui ont modelé le paysage de Saint-Benoît-des-Ondes, ce remarquable ouvrage de métallerie transpose graphiquement à la fois le nom de la commune et son environnement.
Partant des fonctionnalités habituelles d’un garde-corps, l’artiste les a amplifiées pour concevoir une aura cinétique, une délicate enveloppe qui embrasse le bâtiment. Ses ondulations accompagnent l’ascension des visiteurs vers la terrasse tout en faisant du moulin un signal urbain en harmonie avec la côte maritime.