L’Ossuaire de Runan
Tania Mouraud


IMAGES :

À propos de l'artiste :


Lieu

Runan, Côtes d’Armor

Date

2011-2015

Commanditaires

Yvon Le Bianic, maire de Runan
Jacqueline Bideau, adjointe au maire
Pierrette Boucher, adjointe au maire
Pierre Le Touset, adjoint au maire
ainsi que les employés communaux

Médiation

Anastassia Makridou-Bretonneau

Conseil, suivi de médiation et de réalisation

Didier Pidoux (CAUE 22)

Partenaires

Fondation de France, commune de Runan, CAUE22, département des Côtes d’Armor, Région Bretagne, DRAC Bretagne, Association des Communes du Patrimoine Rural de Bretagne, Syndicat Départemental d’Électricité des Côtes d’Armor

Le Contexte

En 2008, la nouvelle équipe municipale de Runan a entrepris la création d’un répertoire informatique en vue de référencer l’ensemble des tombes du cimetière.
Elle souhaite récupérer l’espace de certains caveaux dont les familles ont autorisé le déplacement des dépouilles dans un ossuaire ou dont aucun descendant n’a pu être contacté.
Le cimetière et l’église de Runan sont sur le même lieux et l’ossuaire du XVIe siècle n’est pas investi.
Le CAUE 22 qui accompagne la municipalité pour aménager les abords du cimetière, réaliser un jardin des souvenirs et requalifier les cavurnes, invite les élus à confier ce projet à un artiste, en faisant appel à Eternal Network. L’association propose aux élus et habitants investis dans le projet de passer commande à l’artiste Tania Mouraud.

La Commande

Les élus veulent redonner son sens à l’ancien ossuaire du XVIe siècle afin de pouvoir conserver les ossements de manière perpétuelle, dans des conditions idéales, de respect et de souvenir.
Ils souhaitent un lieu de recueillement avec une forte symbolique, à même de donner une identité singulière au site tout en demeurant dans une relative sobriété.
L’artiste doit imaginer une œuvre qui puisse prendre en compte l’aspect évolutif de l’ossuaire (inscrire de nouveaux noms).

Le Projet

Tania Mouraud propose une restauration simple des lieux, dans une unité chromatique avec un seul matériau, le granit du Trégor.
En s’appuyant sur une tradition millénaire de toutes les cultures, elle dessine un sarcophage sobre pour contenir les ossements et dont les dimensions reprennent le nombre d’or, en rapport direct avec les dimensions du lieu.
Le dallage est comme un tapis à motifs géométriques simples qui accueille les visiteurs, rappelant celui de l’intérieur de l’église Notre-Dame-de-Miséricorde de Runan.
Sur les murs les noms des familles et des personnes sont écrits en aluminium brossé, avec la possibilité d’en ajouter au fur et à mesure. Un éclairage spécifique vient souligner l’ensemble.
Avec la volonté de créer un lieu évoquant le silence et le respect de la dignité des anciens, Tania Mouraud lie ainsi les aspects fonctionnels et symboliques. L’épure de la composition et le granit donnent l’impression d’un espace atemporel, propice au recueillement, une chambre « pour soi » dans le flux agité de la vie contemporaine.

J’ai souhaité créer un espace très épuré et lumineux afin de privilégier le sens réel de ce lieu, tout en l’intégrant à l’existant, afin de permettre de l’approcher dans le calme et la sérénité comme "le lieu du dernier repos".
Tania Mouraud, hiver 2013