L’École Le Blé en herbe
matali crasset


IMAGES :

À propos de l'artiste :

Autres projets de
matali crasset :


Lieu

L’École Le Blé en herbe, Trébédan, Côtes d’Armor

Dates

En cours (débuté en 2007), inauguration le 4 septembre 2015

Commanditaires

Didier Ibagne, maire de Trébédan, Nolwenn Guillou, maîtresse des écoles et directrice de L’École Le Blé en herbe, Valérie Rousoux, maîtresse des écoles, Mesdames Patteta, Bouenard, Rodrigues, Hamoniaux et Monsieur Gueguen, parents d’élèves, Gérard Hamoniaux, ancien maire de Trébédan, Monsieur Petit, président du Club de l’amitié, Yvon Le Corre, anciennement conseiller pédagogique, actuellement principal adjoint de collège et Nicolas Rodriguez, ancien élève de L’École Le Blé en herbe.

Partenaires

Fondation de France ; Fondation Daniel et Nina Carasso ; CAUE 22 ; conseil départemental des Côtes d’Armor ; conseil régional de Bretagne ; ministère de la Culture et de la Communication ; fonds européen Feder et Leader ; Ademe ; Plust collection ; commune de Trébédan 

Médiation

Anastassia Makridou-Bretonneau
médiateur associé, Éric Foucault (Eternal Network)

Conseil, suivi de médiation et de réalisation

Didier Pidoux (CAUE 22)

Architecte opérationnel

Matthieu Le Barzic

La commande

Située dans le village de Trébédan qui compte quatre cent habitants, L’École Le Blé en herbe accueille une soixantaine élèves de la première section de maternelle au CM2 répartis en trois classes. Depuis huit ans, les maîtresses de l’école portent des projets pédagogiques qui associent étroitement des parents d’élèves, des élus et des anciens de la commune. Leurs initiatives sont à l’origine d’un nouveau souffle dans ce secteur rural ainsi que de la création d’un groupe de commanditaires réunis autour d’un projet pour l’école.

Dans le cadre de la restructuration des bâtiments nécessaire depuis un certain nombre d’années, les commanditaires ont souhaité faire appel à un artiste. En effet, leur démarche ne vise pas uniquement à mettre aux normes et à améliorer la fonctionnalité des différents espaces. Leur demande comporte le désir, voire le besoin, de rendre visible et de renforcer le rôle social et culturel de l’école au sein du village.

Conseillé par le CAUE 22 (Conseil en Architecture, Urbanisme et Environnement des Côtes d’Armor), ils ont sollicité Eternal Network afin de les accompagner dans la formulation et l’étude de leur projet dans le cadre de l’action Nouveaux commanditaires soutenue par la Fondation de France.

Comme suite au travail de définition du projet, le cahier des charges de la commande artistique comporte :

  • la rénovation des bâtiments existants ;
  • l’extension de l’école avec la construction d’une nouvelle salle pour la maternelle ainsi qu’une nouvelle cantine ;
  • la création d’un lien physique avec la place du village ;
  • la création d’un mobilier spécifique.

Les constructions devront respecter les normes d’habitat écologique et d’une manière générale l’ensemble du projet devra se réaliser dans le respect de l’environnement.

Les ruraux aussi ont le droit à l’art et à l’innovation

En 2007, les enseignants, le maire, des parents d’élèves et d’autres habitants se regroupent pour passer commande à un artiste dans le but de redynamiser le village à partir de l’école alors vétuste et ne respectant plus les normes de sécurité. Cette communauté auto-constituée en « groupe de commanditaires » fait appel à la Fondation de France et à son médiateur régional Eternal Network, accompagné du CAUE 22. Au gré des réunions, le besoin d’art se précise. 
La designer française matali crasset est choisie pour répondre à cette commande, car le souci de l’hospitalité, l’ouverture aux autres, la prise en compte du contexte et l’innovation sont au cœur de sa démarche. Elle est alors invitée à imaginer une intervention globale pour réhabiliter l’école et en faire le cœur du village, le lieu à partir duquel les générations se croisent, où les habitants cohabitent avec les enfants, où la culture, l’éducation et l’écologie retissent le lien social.

un outil pour un enseignement actif où la créativité est omniprésente

matali crasset propose un projet fondé sur l’idée du partage et du développement durable : requalifier l’école sur le modèle des bâtiments passifs et modifier son niveau d’accessibilité pour qu’elle puisse accueillir non seulement les activités scolaires mais aussi les activités liées à la vie du village. Du bâti au mobilier, en passant par les espaces intérieurs et les équipements, la designer a imaginé un projet global pour favoriser et amplifier la pédagogie singulière de l’école de Trébédan.

l’espace « intime »

matali crasset transforme l’espace enseignant. Les deux classes du primaire sont réaménagées dans l’ancien bâtiment tandis que pour la classe de maternelle un nouveau bâtiment est construit autour de l’actuel préau. Cet ensemble constitue l’espace « intime », réservé aux élèves dans le cadre des activités scolaires. 

les espaces partagés

Parallèlement de nouveaux aménagements permettent une ouverture de l’école à l’ensemble de la population. La nouvelle cantine doit ainsi servir d’espace de motricité et d’espace de partage pour les activités associatives. La bibliothèque-cyberespace est accessible au public en dehors des heures d’ouverture de l’école. Un nouveau préau, construit en continuité des classes, est équipé de jeux de glisses (rampes, toboggans).

les Extensions de générosité

Sur ces différentes plateformes multifonctionnelles se greffent quatre Extensions de générosité destinées à structurer les rapports de l’école vers l’extérieur. Il s’agit de micro-architectures qui permettent l’ouverture de l’école vers l’espace du village. La Rencontre, Le Cycle, Le Jeu, La Lecture, chacune se qualifie par rapport à son usage et les activités qu’elle accueille et/ou génère

le mobilier

Partant des besoins des enseignants et des élèves, matali crasset a imaginé un mobilier innovant, constitué d’éléments flexibles, qui permet des « scénarios de vie évolutifs ». La proposition se construit autour de principes qui sont récurrents dans son travail : générosité et polyvalence. Le Support universel, le Casier d’autonomie, les Tiges, les Pots-plantes..., favorisent la mobilité, l’autonomie des élèves et la possibilité de mener plusieurs ateliers en même temps.

l’environnement au cœur de la pédagogie et du projet artistique

Si l’enseignement de l’école de Trébédan donne une place importante à la sensibilisation à l’environnement (immédiat et mondial), le projet de matali crasset se devait donc de prendre en considération l’intérêt écologique. Aussi, les différents dispositifs mis en place permettent de réduire très sensiblement les besoins énergétiques du complexe architectural. Le principe du bâtiment passif se combine ici par un ensemble de mesures propices à la performance énergétique. Partant du principe que l’énergie la moins polluante et la moins chère est celle que l’on ne consomme pas, l’école dispose d’un puits canadien avec une ventilation à double flux et récupérateur de chaleur à haut rendement. À cela s’ajoutent des volumes compactes et simples, des parois de verres pour les orientations Sud et Ouest et d’autres opaques pour les expositions Nord et Est, d’un triple vitrage, d’une chaudière à bois pour l’eau chaude et de matériel électrique peu gourmand en énergie.

Le projet en vidéo :