Décoloniser les corps



Exposition du 26 janvier > 3 mars 2019
Vernissage jeudi 24 janvier 2019 à partir de 18h

dans le cadre du festival Désir...Désirs

Giulia Andreani, Malala Andrialavidrazana, Raphaël Barontini, Laura Bottereau & Marine Fiquet, Edi Dubien, Halida Boughriet, Esther Ferrer, Kay Garnellen, Pélagie Gbaguidi, Kubra Kadhemi, Katia Kameli, Mehdi-Georges Lahlou, Roberta Marrero, Myriam Mechita, Myriam Mihindou, Pauline N’Gouala, Leonor Palmeira & Camille Pier, Françoise Pétrovitch, Chantal Raguet, Athi-Patra Ruga, Abel Techer, Nicole Tran Ba Vang, Floryan Varennes

Commissariat : Pascal Lièvre

Créer des espaces politiques
Décoloniser les corps propose d’explorer les stratégies des artistes qui déconstruisent les normes oppressives de genre, de sexe et de racisation1 dans leurs œuvres. Celles-ci peuvent être perçues comme des œuvres militantes qui créent des nouvelles alliances formelles, conceptuelles et politiques avec les corps qui les perçoivent. L’œuvre est avant tout envisagée dans sa matérialité spéculative non plus seulement comme un objet qui médiatise des informations formulant un ou des points de vue sur le monde, mais plutôt comme une matérialité activiste qui œuvre au-delà du champ de l’art pour transformer les espaces d’expositions en espaces politiques.

Des corps intersectionnels
En proposant d’autres représentations des corps, les artistes rejoignent un mouvement qui va des théories féministes à la pensée queer2 en passant par les théories postcoloniales pour s’orienter vers une analyse intersectionnelle3 des systèmes de pouvoir qui s’exercent sur nos corps. L’espace d’exposition est envisagé comme un corps biopolitique4 intersectionnel traversé lui aussi par des discours normatifs qu’il est nécessaire de déconstruire.

Faire alliance avec toutes les formes vivantes
Nos corps sont colonisés par des savoirs qui conditionnent des perceptions très étroites du réel, et vivent souvent comme des oppressions certaines normes qui ne correspondent pas à ce qu’ils sont vraiment. Nous devons envisager d’autres corps, d’autres normes, d’autres savoirs mais aussi d’autres alliances avec toutes les formes vivantes car elles perçoivent d’autres réels qui peuvent nous apprendre à transformer nos perceptions. C’est dans le grand bazar du vivant, envisagé comme un espace sémiotique où chacun·e peut être ou non perçu·e par d’autres, qu’il s’agit d’explorer les nouvelles matérialités artistiques.

Des œuvres rassemblées comme un écosystème.
Les œuvres sont produites par des corps qui performent les savoirs et les normes. Ces corps cisgenres5, transgenres6 et intersexes, formés dans des contextes politiques postcoloniaux tous très différents, se confrontent matériellement à des supports traditionnels du monde de l’art contemporain. Le déplacement plastique ne se jouant plus uniquement dans la matérialité de l’œuvre mais dans les réels qu‘elle propose d’explorer. Dessins, peintures, photographies, vidéos, objets et sculptures forment le corpus de l’exposition. Ces mediums traduisent les hypothèses d’un réel augmenté par une pluralité intersectionnelle. La relation entre les œuvres que construit cette exposition crée un écosystème singulier où des matérialités sont assemblées formant une cosmologie animique.

Pascal Lièvre

1 Racisation : Le terme de racisation est utilisé pour désigner le processus par lequel une personne est, en raison de certaines de ses caractéristiques, assimilée à une race humaine, bien que la non-pertinence de ce concept ait été démontrée par les recherches scientifiques.

2 Queer : C’est au départ une insulte (« bizarre, louche ») désignant les homosexuels aux États-Unis, qui est ensuite revendiquée pour désigner des comportements dits « anormaux » c’est-à-dire non hétérosexuels. Utilisé pour nommer une identité, ce terme concerne la sortie des normes hétérosexuelles, cisgenres et binaires.

3 Intersectionnalité  : Interaction simultanée de plusieurs formes de domination ou de discrimination qui constituent un système d’oppression. L’intersectionnalité souligne les liens qui existent entre les discriminations basées sur le racisme, le sexisme, l’homophobie, le classisme, l’âgisme et le capacitisme, entre autres.

4 Biopolitique : Néologisme utilisé par Michel Foucault pour identifier une forme d’exercice du pouvoir qui porte, non plus sur les territoires mais sur la vie des individus, sur des populations, le biopouvoir.

5 Cisgenre : Du latin cis « en deçà », « dans la limite de » et genre. Personne dont l’identité de genre correspond à l’expression de genre. Se dit d’une personne qui n’est pas transgenre.

6 Transgenre : Personne qui ne s’identifie pas ou pas seulement ou complètement au genre associé avec son sexe de naissance. On peut aussi écrire trans* ou trans’ pour souligner le fait qu’il y a plusieurs identités possibles qui sont regroupées sous le terme.

Événements :

• projection du documentaire Queercore de Yony Leyser et rencontre avec Erik Noulette
Dimanche 27 janvier 2019, 17h45-19h
Cinémas STUDIO
2 rue des Ursulines, Tours
Partenariat avec le COLLECTIF TROUBLES
RÉSERVATION OBLIGATOIRE / PLACES LIMITÉES

• soirée BIFURQUEER : Trouble Nuit Multigenre.
Vendredi 1er février 2019, 18h30-05h
POINT H^UT
20 rue des grands mortiers, Saint-Pierre-des-Corps
Conférences, performances, lectures, musique....
COLLECTIF TROUBLES
RÉSERVATION OBLIGATOIRE / PLACE LIMITÉES
Soirée réservée aux plus de 18 ans
Billetterie : https://www.weezevent.com/bifurqueer Tarif : 15 € Bar et restauration sur place

Le festival Désir... Désirs est organisé par les Cinémas studio et se tiendra du 23 au 29 janvier 2019

Informations Pratiques

Eternal Gallery
Les Octrois, place Choiseul
Tours
sam-dim - 15 h > 18 h et en semaine sur rendez-vous

> Facebook